Corporate social responsibility  •  Interview

BLUEBEE TECHNOLOGIES & SIVECO CHINA : L’ESG à l’ère des toilettes intelligentes

Bruno Lhopiteau, PDG - Bluebee Technologies & Siveco China

ESG offre un cadre qui permet aux parties prenantes de comprendre comment une entreprise gère les risques et opportunités liés aux critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance. Mais ESG est aussi devenu l'un de ces mots magiques comme IoT, 4.0, BIM, et Smart. Ainsi, de nombreux fournisseurs ont sauté dans le train, grâce à une barrière d'entrée technologique relativement basse, et se positionnent désormais comme spécialistes de l'ESG. Cependant, les défis, les limitations, les désillusions sont déjà visibles.

Une barrière d'entrée technologique basse

Nous vivons à l'ère des Toilettes Intelligentes, une technologie impressionnante qui vous indique à la gare quelle cabine de toilettes est occupée, avec des affichages tape-à-l'œil, parfois même en 3D. Pourtant, personne ne regarde. De toute façon, on a besoin d'aller aux toilettes, file d'attente ou pas.

De même, les tableaux de bord sur écrans géants sont devenus incontournable dans l’industrie en Chine, synonymes de transformation digitale. L’écran affiche des données provenant de capteurs, parfois d'autres systèmes d'entreprise ou souvent simplement à partir de tableaux Excel. L'accent est mis sur la présentation plutôt que sur l'utilité : modèles 3D des installations, effets numériques sophistiqués, images de fond animées style science-fiction.

Divers fournisseurs de logiciels sont entrés sur le marché, en raison de la barrière d'entrée perçue comme basse. En effet, les capteurs, les cloud IoT, les outils d’analyse et d'affichage graphique sont monnaie courante en Chine. La plupart des solutions « jumeaux numériques » pour l’ESG ne sont rien de plus que des toilettes intelligentes glorifiées. Même technologie, même niveau de connaissance industrielle, même première impression enthousiaste... même faible valeur opérationnelle.

Une perspective industrielle : de la supervision à l'amélioration

Du point de vue industriel, le volet Environnement englobe l'énergie, l'eau et les déchets. L’aspect Social concerne la sécurité d’abord. La Gouvernance consiste à se conformer aux réglementations, aux bonnes pratiques, et à communiquer avec les parties prenantes. Prenons l’Environnement : l'ESG se concentre souvent sur les émissions de gaz à effet de serre (mesurées en équivalent CO2), considérées comme un bon indicateur de la conformité environnementale. La consommation d'énergie est le principal contributeur et les émissions peuvent être calculées avec une formule simple : consommation d'énergie (kWh) x contenu en carbone de l'énergie (kgCO2eq/ kWh). Le contenu en carbone dépend du mix électrique, ce qui amène les entreprises à conclure des accords avec les fournisseurs d'énergie et à développer leur propre capacité d'énergie renouvelable (souvent une toiture photovoltaïque). La consommation peut être optimisée par une analyse systématique et des actions techniques : modifications de l'installation, nouvelles routines d'exploitation et de maintenance. Hors process, la CVC (Chauffage, Ventilation et Climatisation) est le plus gros système en termes de consommation d'énergie, contribuant souvent à plus de 50% des émissions. Le plan d'amélioration peut inclure des modifications, réglages et des activités de maintenance telles que la définition de différents points de contrôles et routines d’inspections, des réparations, etc. La lubrification, le nettoyage des filtres, sont souvent sous-estimés à l’ère de l’automatisation à tout va : des économies d'énergie à deux chiffres ne sont pas rares. La sophistication des installations, de plus en plus automatisées, tend à accroitre l’importance de la maintenance, ce qui ne manque pas de surprendre certains industriels, dans un contexte où les compétences techniques restent limitées. Loin d'être résolu miraculeusement par la technologie, le plan d'amélioration ESG repose donc sur des personnes, ingénieurs, techniciens, opérateurs, gestionnaires, pour prendre des décisions basées velable (souvent une toiture photovoltaïque). La consommation peut être optimisée par une analyse systématique et des actions techniques : modifications de l'installation, nouvelles routines d'exploitation et de maintenance.

Hors process, la CVC (Chauffage, Ventilation et Climatisation) est le plus gros système en termes de consommation d'énergie, contribuant souvent à plus de 50% des émissions. Le plan d'amélioration peut inclure des modifications, réglages et des activités de maintenance telles que la définition de différents points de contrôles et routines d’inspections, des réparations, etc. La lubrification, le nettoyage des filtres, sont souvent sous-estimés à l’ère de l’automatisation à tout va : des économies d'énergie à deux chiffres ne sont pas rares. La sophistication des installations, de plus en plus automatisées, tend à accroitre l’importance de la maintenance, ce qui ne manque pas de surprendre certains industriels, dans un contexte où les compétences techniques restent limitées.

Loin d'être résolu miraculeusement par la technologie, le plan d'amélioration ESG repose donc sur des personnes, ingénieurs, techniciens, opérateurs, gestionnaires, pour prendre des décisions basées velable (souvent une toiture photovoltaïque). La consommation peut être optimisée par une analyse systématique et des actions techniques : modifications de l'installation, nouvelles routines d'exploitation et de maintenance. Hors process, la CVC (Chauffage, Ventilation et Climatisation) est le plus gros système en termes de consommation d'énergie, contribuant souvent à plus de 50% des émissions. Le plan d'amélioration peut inclure des modifications, réglages et des activités de maintenance telles que la définition de différents points de contrôles et routines d’inspections, des réparations, etc. La lubrification, le nettoyage des filtres, sont souvent sous-estimés à l’ère de l’automatisation à tout va : des économies d'énergie à deux chiffres ne sont pas rares. La sophistication des installations, de plus en plus automatisées, tend à accroitre l’importance de la maintenance, ce qui ne manque pas de surprendre certains industriels, dans un contexte où les compétences techniques restent limitées. Loin d'être résolu miraculeusement par la technologie, le plan d'amélioration ESG repose donc sur des personnes, ingénieurs, techniciens, opérateurs, gestionnaires, pour prendre des décisions basées sur des faits et des chiffres. Les initiatives numériques se concentrent obstinément sur la surveillance de la consommation parce que c'est nécessaire et relativement facile à réaliser, mais tendent à ignorer a mise en place et le suivi des actions, qui repose sur les hommes et est par nature plus difficile. Les mêmes caractéristiques se retrouvent pour la sécurité, cœur du volet Social de l’ESG pour la plupart des industriels. Un plan d’amélioration de la sécurité ne vaut que s’il est réellement mis en place, suivi et continuellement optimisé : c’est d’ailleurs ce que les auditeurs et autorités publiques viennent vérifier.

Traiter les vrais problèmes, les plus difficiles

Explorons des situations vécues dans la province du Jiangsu. Un grand constructeur automobile est déçu que leur plateforme ESG se contente simplement de capturer les compteurs de consommation d'énergie et d'appliquer une formule pour calculer l'équivalent CO2. Bien, mais comment définir et suivre les actions d'amélioration ? Une autre usine subit des incendies répétés : des enquêtes sont menées, entraînant des mesures correctives. Un audit de suivi par les autorités locales révèle qu’elles n’ont cependant pas été mise en place, malgré la documentation papier indiquant le contraire. Pourquoi les activités les plus critiques restent-elles en dehors du système avec zéro traçabilité ? Un fabricant de matériaux de construction décide de ne pas acheter un prétendu « jumeau numérique » : ils construisent le leur avec capteurs et contrôleurs existants, et la plateforme BI de l'entreprise. L'inconvénient ? Lui et son entreprise ne bénéficient donc pas de la couverture médiatique axée sur l'ESG proposée par le fournisseur. Dans tous les cas, les véritables défis n’ont pas été abordés : la technologie ESG n'a résolu aucun vrai problème.

L’expérience de Siveco Chine et Bluebee Tech (notre unité de R&D) dans la maintenance industrielle depuis les années 80 (en Chine depuis 2004), nous a amené à traiter des problématiques de résilience et de conformité règlementaire bien avant la mode de l’ESG. En 2013, le futur vice-président chinois Han Zheng, alors secrétaire du PCC à Shanghai, visitait le centre national de contrôle des risques de notre client Carrefour Chine. Déjà, écrans géants et capteurs étaient mis en œuvre, mais aussi tablettes et mobiles pour inspecteurs et techniciens, dans le cadre d’un projet couvrant sécurité, énergie et gestion technique, impliquant équipes internes, prestataires et autorités de tutelles. Ce que nous appellerions aujourd’hui ESG. Cette solution fut la première mouture de bluebee® X, qui a reçu le prix ESG lors du Gala de la CCI FRANCE CHINE en mai 2023. bluebee® X va plus loin que le suivi des consommations d'énergie, les jolis graphiques et indicateurs de performance. Elle aide à analyser les incidents, à définir des plans d'amélioration, à suivre leur mise en œuvre, à gérer les audits et ce à partir de données de sources multiples : systèmes, capteurs et... personnes !

À l'usine d'AstraZeneca de Wuxi, bluebee® garantit la conformité et la traçabilité de la station de traitement des eaux usées. Il établit un retour d’expérience entre prestataire technique (équipé de mobiles pour gérer le travail quotidien) et le propriétaire. Avec la conformité réglementaire et la sécurité comme priorités absolues, le directeur du projet évoque également les économies d'énergie, la réduction des émissions et la baisse des coûts de main-d'œuvre. À Hong Kong, le Integrated Waste Treatment Facilities, infrastructure stratégique en cours de construction, bluebee® collecte les données de 9 sous-systèmes différents pour garantir les meilleures pratiques de maintenance, la conformité environnementale, l'efficacité énergétique et fournir tous les rapports réglementaires exigés par le Bureau de la Protection Environnementale.

Tirer profit de l’attrait pour la tech ESG

Loin de nier l’attrait et l’apport des technologies appliquées à l’ESG, il convient de tirer des enseignements des déceptions déjà vécues par de nombreux industriels. Plus qu'une mode passagère, l'ESG peut avoir un impact industriel positif et durable. De même, plus qu'une opportunité commerciale pour les fournisseurs ou un gadget pour leurs clients, le numérique peut contribuer à la mise en œuvre de l'ESG. Notre conseil : utilisez l'engouement pour l'ESG, le budget ESG, pour relever les défis difficiles qui auront un impact sur votre rentabilité et vous aiderons à répondre aux exigences réglementaires. L’équipe Siveco Chine et bluebee Tech, pionnière sur ces sujets, est à votre disposition !

Close

CCI FRANCE CHINE HOTLINE